Archives de la catégorie nos lecteurs ont aimé

Jeumont : nos lecteurs ont aimé…(#25)

« L’homme qui s’envola »

d’Antoine Bello

thème : famille ; disparition ; poursuite

Walker est à la tête d’une entreprise de messageries qu’il a fait prospérer. Il aime profondément sa femme et ses trois enfants. Cependant il ne supporte plus cette vie ultra-programmée entre famille et travail ; il met au point un plan pour s’évader définitivement de toutes ces contraintes : il simule sa mort dans un accident d’avion. C’est compter sans l’obstination d’un détective envoyé par les assurances qui n’aura de cesse de le traquer. Une chasse à l’homme captivante entre les deux hommes, non dénuée d’humour qui enchantera le lecteur.

Quand la pression se faisait intolérable, Walker se prenait à rêver qu’il disparaissait pour refaire sa vie. C’était radical, mais il ne voyait aucune autre issue. Car même s’il parvenait à convaincre Sarah de divorcer, quelle explication donnerait-il aux enfants ? Papa ne veut plus vivre avec vous parce que vous le saoulez… ?

« Difficile de reposer le livre tant on est séduit par l’enquête sur la pseudo-disparition. Une analyse juste de la situation familiale du « disparu » et de sa « veuve ». Beaucoup d’humour rythme cette histoire légère et savoureuse. »

Evelyne


« L’homme qui s’envola » d’Antoine Bello – Editions Gallimard; 320 pages

Pas de commentaire

Jeumont : nos lecteurs ont aimé…(#24)

« L’archipel du chien »

de Philippe Claudel

thème : l’humain dans ce qu’il a de moins bien

Un lundi de septembre, trois corps de jeunes gens qui n’avaient pas vingt ans, sont découverts par quatre personnes qui vivent sur l’île; D’où viennent-ils ? Qui sont-ils ? Ce qui est sûr c’est qu’après cette découverte, plus rien ne sera comme avant !

Drôles de pêcheurs, vous en conviendrez, qui jettent à l’eau sans remords le produit de leur pêche. Et tout cela à cause de quoi , d’une vedette qu’ils avaient prise pour une embarcation de garde-côtes

« Ce monde est devenu commerce, sans âme. C’est très noir mais malheureusement vrai, mais gardons une place pour l’espoir ! »

Marie-Claude


« L’archipel du chien » de Philippe Claudel – Editions Stock; 288 pages

Pas de commentaire

Jeumont : nos lecteurs ont aimé…(#23)

« Féroce »

de Danielle Thiéry

thème : thriller psychologique ; cybercriminalité ; pédophilie

Des ossements sans tête sont retrouvés au zoo de Vincennes, puis une alerte enlèvement est déclenchée. Tout est mis en oeuvre : brigade des mineurs, police judiciaire;criminologue. Tout le monde est mobilisé.

Une petite fille si jolie. Je l’aimais bien mais pas l’autre. Quelle petite fille, Martin ? Qui est l’autre ? Pas besoin de venir là, aussi, c’est de sa faute. Je ne peux plus rien faire, c’est parti, ça va continuer, c’est mal…je ne peux pas…

« Première femme divisionnaire de l’histoire de la police française, Danielle Thiéry connaît bien son affaire. C’est très bien écrit et captivant malgré la longueur »

Marie-Claude


« Féroce » de Danielle Thiéry – Editions Flammarion ; 539 pages

Pas de commentaire

Jeumont : nos lecteurs ont aimé…(22#)

« Lumière noire »

de Lisa Gardner

thème : thriller psychologique ; déviance humaine ; Boston

472 jours, c’est le temps qu’a passé Flora aux mains de son bourreau. Elle s’en sort, puis est de nouveau kidnappée. Comment cela finira-t-il ? Pourra-t-elle se reconstruire ? Flora est une femme forte, exceptionnelle…

J’ai tué un homme. A ces seuls mots, je sens les ténèbres m’envahir de nouveau. Je l’ai regardé brûler et je m’en fichais. J’étais seule, dans le vide. Je suis toujours seule dans le vide

« On suit l’enquête qui nous confronte aux déviances humaines, qui ne peuvent que laisser des séquelles. Comment continuer à vivre après avoir vécu cela ?

Amateurs de thriller : à ne manquer sous aucun prétexte »

Marie-Claude

« Lumière noire » de Lisa Gardner – Editions Albin Michel ; 502 pages

Pas de commentaire

Jeumont : nos lecteurs ont aimé…(#21)

« A l’ombre des vainqueurs »

de Marie-Laure de Cazotte

thème : Alsace ; 1940 ; les « malgré nous »

En 1940 Joseph a sept ans, il vit en Alsace avec ses parents. Jusqu’au jour où son père est emmené par les Allemands ; Joseph et sa mère n’auront plus de nouvelles de lui pendant six ans. L’Allemagne obligera les Alsaciens à ne parler que la langue allemande. Les livres en français seront brûlés.

Quand le père de Joseph revient, il n’est plus du tout l’homme qu’il était autrefois. Joseph peine à reconnaître son père dans cet homme qui ne parle pas. Puis un jour celui-ci racontera tout son passé, ce qu’il a vu et subi, pourquoi il s’est retrouvé dans un camp, et le terrible secret qu’il va révéler à Joseph.

« L’auteur nous rappelle combien l’homme est vulnérable face aux ordres donnés par des chefs de guerre. Jusqu’où la haine peut pousser les hommes à se haïr… Pourtant c’est au prix de la liberté que des hommes ont sacrifié leur vie pour leur pays et pouvoir offrir la paix aux futures générations. ».

Francine

« A l’ombre des vainqueurs » de Marie-Laure de Cazotte – Editions Albin Michel ; 295 pages

Pas de commentaire

Jeumont : nos lecteurs ont aimé…(#20)

« Home, sweet heaume »

de Philippe Tabary

thème : roman régional ; Avesnois

C’est l’histoire d’un haut fonctionnaire à Bruxelles qui prend sa retraite dans sa maison de famille. Habitué à voyager beaucoup, à mener des conférences, il sent qu’il ne maîtrise plus les événements, ne souhaite pas être contrarié, ni être en retrait. Il va se rendre compte qu’il n’a plus la même rapidité qu’avant, que sa mémoire n’est plus la même et que le monde change… mais il va toutefois consolider son autonomie et sa liberté d’action.

« Chalmond décide de rester dans sa maison, même après la mort de son épouse, avec ses livres et ses souvenirs. La maison est un point d’ancrage, pour le personnage principal du livre mai aussi pour moi. Nous l’avons vécu personnellement et cela m’a interpellé, cet homme rigide m’a ému. ».

Marie-Claude

« Home, sweet heaume » de Philippe Tabary – Editions du Riffle ; 265 pages

Pas de commentaire

Jeumont : nos lecteurs ont aimé…(#19)

« La nuit la mer n’est qu’un bruit »

de Andrew Miller

thème : Angleterre ; couple ; océan ; navigation

Maud, jeune scientifique et Tim, compositeur de musique ont une passion commune, la voile. Ils rénovent ensemble un bateau, le Lodesta, puis forment une famille en donnant naissance à Zoé. Tim s’investit totalement dans son éducation mais à l’aube des six ans de la fillette, un drame survient.

Chacun réagit à sa façon. Tim retourne chez ses parents, Maud, mise en congé, part en solitaire sur l’océan atlantique. C’est son combat face aux intempéries que nous décrit l’auteur ; cette femme courageuse finit par craquer et découvrir qu’elle est une mère avant tout.

Les hommes se plaignent des femmes qui parlent tout le temps, mais moi, j’ai l’extraordinaire femme qui ne parle pas.

« Très belle écriture. Cette femme secrète m’a émue. ».

Marie-Claude

« La nuit la mer n’est qu’un bruit » de Andrew Miller – Editions Piranha ; 330 pages

Pas de commentaire

Jeumont : nos lecteurs ont aimé…(#18)

« Le jour où les lions mangeront de la salade verte »

de Raphaëlle Giordano

Romane est créatrice d’une société de coaching appelée « sup de burnes » où elle apprend à ses stagiaires à redevenir humain. Nous allons donc le temps d’une session, faire un bout de chemin avec plusieurs personnages.

Dans son premier roman (« ta deuxième vie commence quand tu comprends que tu n’en as qu’une ») Raphaëlle Giordano analysait les travers de nos relations humaines ; ici il est question de ce qu’elle appelle « la burnerie », ces personnes qui s’imposent, sûres de leurs bons droits en dépit du mal qu’elles diffusent autour d’eux.

Cette histoire est à mi-chemin entre le roman et le développement personnel.

« L’écriture est dynamique, les chapitres courts, ce qui donnent du rythme à cet ouvrage. Un moment agréable de lecture propice à la réflexion sur soi ».

Annick

« Le jour où les lions mangeront de la salade verte » Volume 1 – Editions de La Loupe ; 310 pages
« Le jour où les lions mangeront de la salade verte » Volume 2 – Editions de La Loupe ; 612 pages

Pas de commentaire

Jeumont : nos lecteurs ont aimé…(#17)

« Ta deuxième vie commence
quand tu comprends que tu n’en as qu’une »

de Raphaëlle Giordano

thème : notre époque ; couple

Camille, mariée, mère d’un petit Adrien, un travail intéressant, tout pour être heureuse…mais ce n’est pas le cas ; elle se pose beaucoup de questions. Une rencontre va changer sa vie…

En développant l’altruisme, l’amour, la tendresse et la compassion, on réduit la haine, le désir et l’orgueil. Il faut apprendre à faire vivre son sourire intérieur, se tenir droit, voir le positif même dans le négatif.

Ce livre comme pour beaucoup d’autres personnes (lu par près de 800 000 lecteurs en livre de poche) m’a interpellée, fait réfléchir et démontre qu’à travers des expériences étonnantes et riches de sens, on peut transformer sa vie, voir clair en nous et aider les autres. A lire impérativement.

Marie-Claude

« Ta deuxième vie commence quand tu comprends que tu n’en as qu’une » de Raphaëlle Giordano – Editions de La Loupe ; 354 pages

Pas de commentaire

Jeumont : nos lecteurs ont aimé…(#16)

« Je m’appelle Lucy Barton »

de Elisabeth Strout

thème : mère/fille ; souvenirs ; hospitalisation ; couple

Lucy est hospitalisée depuis plusieurs semaines pour cause d’appendicite avec complication. A sa grande surprise, en se réveillant un jour, elle trouve sa mère au pied de son lit, avec qui elle avait perdu tout contact depuis des années. Les souvenirs reviennent, une vie entière se déploie tout en éclairant la relation entre une mère et sa fille, son enfance, son mariage, sa séparation.

Ces jours-ci quand je suis seule, je dis souvent à voix haute « maman ». Et je ne sais pas ce que c’est.  Est-ce que j’appelle ma propre mère ? Est-ce que j’entends le cri de Becka quand elle a vu l’avion s’encastrer dans la tour ? Les deux, sans doute

Ce livre est plein d’émotions, de souffrance, de joie, mais aussi d’incompréhension, de silence, de difficulté d’aimer la vie en somme. Emouvant….

Marie-Claude

« Je m’appelle Lucy Barton  » de Elisabeth Strout – Editions Arthème Fayard ; 202 pages

Pas de commentaire