Archives de la catégorie nos lecteurs ont aimé

Jeumont : nos lecteurs ont aimé…(#32)

«Une fille en cavale»

de Charlotte Link

Thèmes : policier; suspense; France; Bulgarie

Simon, 40 ans, traducteur allemand passe ses vacances dans le Sud de la France. Le long de la plage, il aperçoit une jeune femme seule, désemparée et lui propose de lui offrir un repas. Elle semble terrorisée, a perdu ses papiers et refuse de s’adresser à la police. Simon va l’héberger et rentrer dans un engrenage infernal…

Toute cette histoire se déroule sur six jours et comptera bon nombre de victimes.

Mon appréciation : ouvrage intéressant ; il faut s’accrocher au départ car ce thriller met en scène toute une galerie de personnages. Roman bien ficelé mais pour moi ce n’est pas vraiment un coup de coeur. Néanmoins il y a des rebondissements jusqu’aux dernières pages.

Annick

«Une fille en cavale» de Charlotte Link – Editions Presses de la Cité; 528 pages

 

Pas de commentaire

Jeumont : nos lecteurs ont aimé…(#31)

«Couleurs de l’incendie»

de Pierre Lemaître

Thèmes : Paris; années 30; chantage; escroquerie

Deuxième volet de la trilogie inaugurée avec « au revoir là-haut », prix Goncourt 2013.

Février 1927. Tout Paris assiste aux obsèques du grand banquier Marcel Péricourt lorsqu’un drame survient : son petit-fils Paul, fils de sa fille Madeleine, se défenestre. Il survit, mais il est tétraplégique. Madeleine est effondrée. Elle perd toute sa fortune car elle néglige ses affaires. Elle doit faire face à l’adversité des hommes, à la cupidité, à la corruption. Mais elle ne s’avouera pas vaincue. C’est son combat que nous raconte l’auteur.

Etaient-ce des regrets ? Non, elle n’en avait pas. Pourquoi pleurait-elle ? Elle ne le savait pas

Mon appréciation : Je préfère le premier volet mais j’ai aimé ce portrait de femme brisée, de mère aimante et forte face à l’adversité des hommes, décidée à se venger et à aller jusqu’au bout.

Marie-Claude

«Couleurs de l’incendie» de Pierre Lemaitre – Editions Albin Michel; 544 pages

 

 

Pas de commentaire

Jeumont : nos lecteurs ont aimé…(#30)

«Oublier nos promesses»

de Elsa Roch

Thèmes : policier; Paris; quai des Orfèvres

Présentation de l’éditeur :  Emma Loury aimait les causes perdues et dangereuses. Emma vient d’être découverte, sauvagement assassinée, dans son appartement du IVe arrondissement. Son amant, un officier français de retour d’Afghanistan, s’est enfui. Le coupable idéal. Le commissaire Marsac se plonge dans cette enquête avec rage : de l’avis de tous, Emma était une personnalité solaire et une excellente journaliste indépendante, qui se battait pour les femmes et contre la traite des êtres humains.
Marsac se demande si la vraie raison de sa mort ne serait pas là. Mais alors pourquoi son compagnon a-t-il fui ? Jérôme a fui parce qu’Emma était toute sa vie, son dernier lien avec ce monde qu’il ne comprend plus. Il a fui parce qu’il est malade, plongé dans un syndrome post-traumatique, flirtant avec la folie. Il veut massacrer l’assassin comme Emma a été massacrée. S’engage alors une double chasse à l’homme dans un Paris insoupçonné, en proie aux trafiquants.
Jérôme combat le mal par le mal et Marsac parla loi. Qui retrouvera le meurtrier d’Emma ?

… Xavier, j’étais là, près de lui. Je ne l’ai jamais quitté. Pourtant, je vois ses yeux qui me pénètrent, comme s’il me reprochait de l’avoir laissé mourir…là-bas…

Mon appréciation : Très belle écriture. Elsa Roch explore les failles de l’être humain (la vie, l’amour, la mort) Ses personnages sont attachants. Je l’ai découverte avec ce livre, et je la relirais avec joie.

Marie-Claude

«Oublier nos promesses» de Elsa Roch – Editions Calman-Lévy; 352 pages

 

Pas de commentaire

Jeumont : nos lecteurs ont aimé…(#29)

«Soeurs»

de Bernard Minier

Genre : policier

Présentation de l’éditeur :  Mai 1993. Deux soeurs, Alice, 20 ans, et Ambre, 21 ans, sont retrouvées mortes en bordure de Garonne. Vêtues de robes de communiantes, elles se font face, attachées à deux troncs d’arbres. Le jeune Martin Servaz, qui vient d’intégrer la PJ de Toulouse, participe à sa première enquête. Très vite, il s’intéresse à Erik Lang, célèbre auteur de romans policiers à l’oeuvre aussi cruelle que dérangeante.
Les deux soeurs n’étaient-elles pas ses fans ? L’un de ses plus grands succès ne s’appelle-t-il pas La Communiante ?… L’affaire connaît un dénouement inattendu et violent, laissant Servaz rongé par le doute : dans cette enquête, estime-t-il, une pièce manque, une pièce essentielle.
Février 2018.  Par une nuit glaciale, l’écrivain Erik Lang découvre sa femme assassinée… elle aussi vêtue en communiante.
Vingt-cinq ans après le double crime, Martin Servaz est rattrapé par l’affaire. Le choc réveille ses premières craintes. Jusqu’à l’obsession. Une épouse, deux soeurs, trois communiantes… et si l’enquête de 1993 s’était trompée de coupable ? Pour Servaz, le passé, en resurgissant, va se transformer en cauchemar. Un cauchemar écrit à l’encre noire. Peur, soumission, mensonges, manipulation, le nouveau thriller de Bernard Minier.

… Je le suis à la trace, le fourmilion, et c’est dans mon piège qu’il va tomber car je connais son point faible, il faudrait mieux qu’il renonce…

Mon appréciation : A dévorer sans retenue, on attend le dénouement… on est pris par l’histoire !

Marie-Claude

«Soeurs» de Bernard Minier – XO; 464 pages

Pas de commentaire

Jeumont : nos lecteurs ont aimé…(#28)

«Shantaram»

de Gregory David Roberts

Thèmes : Inde; Australie; années 80; clandestinité

Présentation de l’éditeur : Dans les années 1980, Lin s’évade d’une prison australienne et s’envole pour l’Inde. C’est alors le début d’un long parcours initiatique, au cours duquel sa vie sera bouleversée. Docteur dans un bidonville avant d’intégrer la mafia de Bombay, Lin connaîtra l’amour mais devra aussi faire face à la trahison et à la violence. Grande fresque épique, ce roman brosse le portrait de l’Inde véritable.

… ça paraissait stupide d’aller à la guerre par amour, il n’était ni un saint ni un héros, il n’était pas mon père, mais pour quelques secondes de son regard aimant, je savais que je pourrais le suivre. Je l’aimais assez pour risquer ma vie…

Mon appréciation : c’est un coup de coeur ! Ecrit d’une voix extraordinaire, dans la douleur, après six ans de travail acharné dans des conditions extrêmes (au mitard, les mains maculées de sang) après bien des souffrances, la rédemption, enfin ! J’ai adoré !

Marie-Claude

«Shantaram» de Gregory David Roberts – Editions Flammarion; 871 pages

Pas de commentaire

Jeumont : nos lecteurs ont aimé…(#27)

«Cinquante ans dans la peau de Michael Jackson»

de Yann Moix

Présentation de l’éditeur : Quand Mickael Jackson était noir, il était blanc. Quand Mickael Jackson était vieux, il était jeune. Maintenant qu’il est mort, le voici vivant.

Mon appréciation : Je n’ai pris ce livre que par pure curiosité et je dois avouer que j’ai été agréablement surprise. Celui-ci est tout à fait inhabituel et vous tournez les pages avec plaisir. Ce n’est pas l’histoire de Michael Jackson, bien sûr il est à la base du livre, les faits sont tirés de ses agissements mais utilisés à une autre fin.
Je le le conseille vivement car ce fut pour moi une bouffée d’oxygène dans la chaleur de l’été..

Aurore

«Cinquante ans dans la peau de Michael Jackson» de Yann Moix – Editions Grasset; 173 pages

Pas de commentaire

Jeumont : nos lecteurs ont aimé…(#26)

« Vers la beauté »

de David Foenkinos

thème : notre époque ; entre Lyon et Paris

Antoine quitte tout du jour au lendemain après une rupture amoureuse qui semble être le morceau visible de l’iceberg, car on pressent une autre peine beaucoup plus violente… Il abandonne Lyon, son appartement, son travail d’enseignant et devient gardien au musée d’Orsay.

La Directrice des Ressources Humaines qui le reçoit est fort intriguée par la singularité de son nouvel employé. Antoine met sa vie entre parenthèse et tente de se réparer… Car il s’agit bien d’un roman de personnes abîmées, de failles et de chagrins…

… au moins, à son travail, personne ne le remarquerait. Le gardien de musée n’existe pas. On déambule devant lui, les yeux rivés sur un prochain tableau. C’est un métier extraordinaire pour être seul au milieu d’une foule…

« Un immense coup de cœur ! Une lecture jubilatoire remplie d’émotion. Une double histoire poignante où l’art et la peinture ont une place de choix. »

Evelyne


« Vers la beauté » de David Foenkinos – Editions Gallimard; 224 pages

Pas de commentaire

Jeumont : nos lecteurs ont aimé…(#25)

« L’homme qui s’envola »

d’Antoine Bello

thème : famille ; disparition ; poursuite

Walker est à la tête d’une entreprise de messageries qu’il a fait prospérer. Il aime profondément sa femme et ses trois enfants. Cependant il ne supporte plus cette vie ultra-programmée entre famille et travail ; il met au point un plan pour s’évader définitivement de toutes ces contraintes : il simule sa mort dans un accident d’avion. C’est compter sans l’obstination d’un détective envoyé par les assurances qui n’aura de cesse de le traquer. Une chasse à l’homme captivante entre les deux hommes, non dénuée d’humour qui enchantera le lecteur.

Quand la pression se faisait intolérable, Walker se prenait à rêver qu’il disparaissait pour refaire sa vie. C’était radical, mais il ne voyait aucune autre issue. Car même s’il parvenait à convaincre Sarah de divorcer, quelle explication donnerait-il aux enfants ? Papa ne veut plus vivre avec vous parce que vous le saoulez… ?

« Difficile de reposer le livre tant on est séduit par l’enquête sur la pseudo-disparition. Une analyse juste de la situation familiale du « disparu » et de sa « veuve ». Beaucoup d’humour rythme cette histoire légère et savoureuse. »

Evelyne


« L’homme qui s’envola » d’Antoine Bello – Editions Gallimard; 320 pages

Pas de commentaire

Jeumont : nos lecteurs ont aimé…(#24)

« L’archipel du chien »

de Philippe Claudel

thème : l’humain dans ce qu’il a de moins bien

Un lundi de septembre, trois corps de jeunes gens qui n’avaient pas vingt ans, sont découverts par quatre personnes qui vivent sur l’île; D’où viennent-ils ? Qui sont-ils ? Ce qui est sûr c’est qu’après cette découverte, plus rien ne sera comme avant !

Drôles de pêcheurs, vous en conviendrez, qui jettent à l’eau sans remords le produit de leur pêche. Et tout cela à cause de quoi , d’une vedette qu’ils avaient prise pour une embarcation de garde-côtes

« Ce monde est devenu commerce, sans âme. C’est très noir mais malheureusement vrai, mais gardons une place pour l’espoir ! »

Marie-Claude


« L’archipel du chien » de Philippe Claudel – Editions Stock; 288 pages

Pas de commentaire

Jeumont : nos lecteurs ont aimé…(#23)

« Féroce »

de Danielle Thiéry

thème : thriller psychologique ; cybercriminalité ; pédophilie

Des ossements sans tête sont retrouvés au zoo de Vincennes, puis une alerte enlèvement est déclenchée. Tout est mis en oeuvre : brigade des mineurs, police judiciaire;criminologue. Tout le monde est mobilisé.

Une petite fille si jolie. Je l’aimais bien mais pas l’autre. Quelle petite fille, Martin ? Qui est l’autre ? Pas besoin de venir là, aussi, c’est de sa faute. Je ne peux plus rien faire, c’est parti, ça va continuer, c’est mal…je ne peux pas…

« Première femme divisionnaire de l’histoire de la police française, Danielle Thiéry connaît bien son affaire. C’est très bien écrit et captivant malgré la longueur »

Marie-Claude


« Féroce » de Danielle Thiéry – Editions Flammarion ; 539 pages

Pas de commentaire