Archives de la catégorie nos lecteurs ont aimé

Jeumont : « nos lecteurs ont aimé » (#76)

« Né sous une bonne étoile »
d’Aurélie VALOGNES

A l’école il y a les bons élèves et il y a Gustave. C’est un enfant doué pour rêver mais pas pour étudier. Sa mère, sa sœur sont présentes pour lui mais rien n’y fait.
Arrive le jour de la rentrée au CP et c’est la catastrophe, le décrochage. Ce que l’école lui propose ne convient pas à Gustave.
Et puis un jour il rencontre un prof qui va lui montrer le chemin de sa personnalité et le monde va enfin s’ouvrir pour le petit garçon.

Mon appréciation : « Aurélie Valognes signe un roman tendre sur les enfants en difficulté scolaire qu’on laisse sur le bas-côté, ceux qui ne font pas la fierté de leurs parents. Derrière la honte se cache une terrible souffrance pour ces enfants différents. Ce roman se déguste bien au chaud, le nez dans les étoiles et les orteils dans le sable fin. Ce dernier roman nous fait un bien fou… »

Annick

« Né sous une bonne étoile » d’Aurélie VALOGNES – Mazarine éditions – 340 pages

Pas de commentaire

Jeumont : « nos lecteurs ont aimé » (#75)

« La charmante librairie des jours heureux »
de Jenny COLGAN

Thèmes : Ecosse ; Highlands ; librairie

Nina, vingt-neuf ans, est bibliothécaire à Birmingham et refuse la fermeture de l’établissement. Un jour elle a l’idée d’acheter un van pour le transformer en bibliothèque itinérante. Cette décision va changer sa vie.

Elle regardait désespérée les milliers de volumes autour d’elle. Condamner ne serait-ce qu’un seul d’entre eux à la décharge était un crève-cœur pour elle. A ses yeux cela équivalait à fermer un refuge pour chiens…

Mon appréciation : « J’ai beaucoup aimé. C’est très bien écrit. Cette jeune fille qui aime non seulement les livres mais aussi les gens m’a touchée au cœur. »

Marie-Claude

« La charmante librairie des jours heureux » de Jenny COLGAN – Prisma éditions – 480 pages

Pas de commentaire

Jeumont : « nos lecteurs ont aimé » (#74)

« Juste derrière moi »
de Lisa GARDNER

Thème : roman policier

Sharlah, jeune ado de treize ans, malmenée par la vie, se retrouve élevée dans la famille de Pierce et Rainie. Il y a quelques années, son frère Telly a tué leur père ; mais pourquoi ?
Alors, lorsqu’une autre tuerie éclate, tout accuse Telly mais est-il vraiment coupable ?
Sharlah va essayer de connaître la vérité et d’aider son frère qu’elle n’a jamais oublié.

Mon appréciation : « Un bon roman, avec des chapitres très courts. J’ai aimé ce polar, cependant ce n’est pas un coup de coeur. La première partie est excellente, mais la seconde perd de son intensité ; néanmoins ce roman se lit très vite et aide à vous détendre pendant cette période de confinement. »

Annick

« Juste derrière moi » de Lisa GARDNER – Albin Michel – 475 pages

Pas de commentaire

Jeumont : « nos lecteurs ont aimé » (#73)

« La famille Martin »
de David FOENKINOS

Thème : l’histoire d’une famille ordinaire

L’auteur a décidé d’écrire sur la première personne qu’il rencontrerait. Il aborde dans la rue Madeleleine, 80 ans. Ça sera la famille Martin le thème principal de son roman.
Une histoire à première vue banale. Et pourtant, rien ne l’est. Les deux filles de Madeleine, les petits-enfants, tous ont une histoire, comme tout un chacun peut en avoir une…

Mon appréciation : « La plume de David Foenkinos sait rendre ce roman attachant, teinté d’humour, et à la fois de légèreté et de gravité. »

Annick

« La famille Martin » de David FOENKINOS – Gallimard – 225 pages

Pas de commentaire

Jeumont : « nos lecteurs ont aimé » (#72)

« La vallée »
de Bernard MINIER

 

Martin Servaz reçoit un coup de fil qui va le perturber, celui de Marianne, la mère de son fils, enlevée et disparue depuis huit ans. Il se retrouve dans une vallée des Pyrénées coupée du monde près d’une abbaye. Dans cette vallée vont également avoir lieu des crimes épouvantables. La population terrifiée, veut faire justice, un corbeau accuse…
Une communauté au bord du chaos…
Notre inspecteur retrouve Irène Ziegler et ensemble ils résoudront cette enquête pour le moins angoissante.

Mon appréciation : « Ames sensibles s’abstenir car c’est un roman violent, certaines scènes sont vraiment très fortes ! Il y a beaucoup de surprises, du suspense, de fausses pistes et des personnages forts. « La vallée » est un très bon Bernard Minier. Lisez-le ! »
Ma note personnelle : 5 étoiles

Annick

« La vallée » de Bernard MINIER – XO éditions- 528 pages

Pas de commentaire

Jeumont : « nos lecteurs ont aimé » (#71)

« Un jour viendra couleur d’orange »
de Grégoire DELACOURT

 

Geoffrey a maintenant 13 ans, il est le souffre-douleur du collège. Seule Djamila est touchée par ce gamin et ils deviennent amis. Mais Pierre se retrouve au chômage et Louise travaille désormais dans un service de soins palliatifs.
On assiste à la montée de la violence chez Pierre qui occupe désormais les ronds-points avec les gilets jaunes et Djamila devient pour ses frères une soeur trop « française »…

Mon appréciation : « C’est une véritable fresque sociale. Il y a dans la plume de Grégoire Delacourt la justesse de ton et les thèmes abordés sont résolument contemporains. Il nous offre un nuancier qui oscille entre poésie, colère et espoir.
Un roman avec des personnages poignants mais aussi un roman d’amour, l’amour de deux enfants au coeur pur. Je pense que cette histoire devrait plaire à beaucoup. »

Annick

« Un jour viendra couleur d’orange » de Grégoire DELACOURT – Editions Grasset- 272 pages

Pas de commentaire

Jeumont : « nos lecteurs ont aimé » (#70)

« Le pays des autres »
de Leïla SLIMANI

Au lendemain de la dernière guerre, Amine Belhaj, jeune Marocain, épouse Mathilde, originaire d’Alsace. Ils rejoignent bientôt le Maroc, où le jeune homme compte s’installer pour y cultiver des terres arides héritées de sa famille. La jeune épouse aura du mal à s’adapter à ce pays qui rejette le colonialisme, et devra faire face aux regards méfiants qu’elle inspire en tant qu’étrangère.
Même s’ils forment un couple soudé, elle subit les reproches et les humiliations que lui fait son mari, elle se languit de son Alsace natale, de ses coutumes, de ses plats…
L’auteur s’inspire de ses grands-parents dans le Maroc des années 50. L’écriture très visuelle rend émouvante et vibrante cette saga familiale sur fond de désir d’indépendance. Leïla Slimani évoque comme personne les paysages désertiques, les personnages, petits et grands avides de liberté, la pauvreté, les coutumes des uns et des autres, les incompréhensions culturelles… Ce roman est le premier tome d’une trilogie écrite par l’auteur du prix Goncourt 2016 (« Chanson douce »)

L’argent était devenu un sujet de dispute continuel. Amine l’accusait d’être irresponsable et dispendieuse. Mathilde devait insister, se justifier, supplier parfois pour l’argent de l’école, pour les tenues de la petite… Il l’accusait d’acheter des livres… « C’est moi qui gagne de l’argent, criait-il parfois. Il lui montrait du doigt les aliments sur la table et il ajoutait : Ca, ça et ça, c’est mon travail qui le paie

Evelyne

« Le pays des autres » de Leïla SLIMANI – Editions Gallimard – 365 pages

Pas de commentaire

Jeumont : « nos lecteurs ont aimé » (#69)

« Isabelle, l’après-midi »
de Douglas KENNEDY

Sam, jeune américain, effectue un séjour à Paris dans les années 70, avant de retourner aux Etats-Unis étudier à l’université pour y devenir avocat. Il rencontre Isabelle, une traductrice un peu plus âgée que lui, en tombe fou amoureux, mais elle est mariée et leur passion dévorante rendra leur vie respective très difficile à gérer.
D’un côté Isabelle ne veut pas et ne peut pas quitter son mari, et Sam s’interroge sur l’amour, l’angoisse de l’attente et la difficulté de pouvoir garder ce que l’on a.
Chacun mènera sa vie selon les aléas du quotidien, s’adaptant au monde qui change, et en fonction de ses déboires personnels.
Douglas Kennedy nous livre ici une histoire d’amour sur plusieurs décennies, et interroge le lecteur sur ses aspirations, ses angoisses, ses erreurs et incertitudes.

On veut tous ce qu’on ne peut pas avoir. Et ce qu’on a, on se rend compte qu’on n’en veut plus. C’est comme ça que ça marche, depuis toujours. L’amour. La grande quête. La grande angoisse. Le rêve qui ne s’arrête jamais…

Evelyne

« Isabelle, l’après-midi » de Douglas KENNEDY – Editions Belfond – 312 pages

Pas de commentaire

Jeumont : « nos lecteurs ont aimé » (#68)

« Bed bug »
de Katherine PANCOL

Thèmes : Paris ; New York

Rose, jeune biologiste, étudie en laboratoire une luciole qui semble prometteuse pour la recherche médicale. L’alchimie sexuelle des insectes et leur reproduction lui sont familières, contrairement à ses relations amoureuses qui elles sont plus compliquées. Rose se fait suivre par une psy qui va l’aider à découvrir d’où lui viennent ces cauchemars récurrents, notamment une phrase qui lui revient tout le temps « arrête de faire des histoires…

Lorsqu’on a été maltraité enfant, on a du mal à aimer l’autre mais on a du mal aussi à s’aimer soi-même. Or, sans amour pour soi, on ne peut pas aimer l’autre et c’est très douloureux.

Mon appréciation : « J’ai beaucoup aimé le personnage de Rose, fort attachée à sa grand-mère, avec sa mère absente, ce manque d’amour de celle qui aurait dû lui en donner. L’amour c’est compliqué. Ce livre est très bien écrit, l’humour est présent, malgré le sujet parfois délicat. »

MARIE-CLAUDE

« Bed bug » de Katherine PANCOL – Editions Albin Michel – 352 pages

Pas de commentaire

Jeumont : « nos lecteurs ont aimé » (#67)

« Entre deux mondes »
d’ Olivier NOREK

Thèmes : Tripoli ; la jungle de Calais

En toile de fond, on découvre l’horreur… Neuf mille adultes et mille enfants à recaser entre les départements français…
Fuir, espérer, résister, survivre, sombrer : 5 chapitres tous plus émouvants les uns que les autres.

Les migrants fuient un pays en guerre vers lequel on ne peut pas les renvoyer, mais d’un autre côté, on les empêche d’aller là où ils veulent. C’est une situation de blocage, on va dire…

Mon appréciation : « J’ai toujours autant de plaisir à dévorer ces romans plus vrais que nature, plein d’humanité à l’image de son auteur qui nous interpelle. Qu’aurions-nous fait nous ? »

MARIE-CLAUDE

« Entre deux mondes » d’Olivier NOREK – Editions Ookilus – 405 pages

Pas de commentaire