Archives de la catégorie nos lecteurs ont aimé

Jeumont : nos lecteurs ont aimé… (#11)

 

« Ragdoll »

de Daniel COLE

Thème : tueur en série ; vengeance

L’histoire démarre par la découverte d’un cadavre recomposé à partir de six victimes démembrées et assemblées, que la presse a baptisé Ragdoll -poupée de chiffon- L’enquête est confiée à l’inspecteur Wolf, et Baxter sa coéquipière.

Le tueur nargue la police et publie une liste des prochaines victimes, la dernière de la liste n’est autre que l’inspecteur Wolf.

« Très bien écrit… j’ai beaucoup aimé. La tension monte au fur et à mesure des 37 chapitres ; suspense garanti jusqu’au dénouement. On se rend compte que ces policiers s’investissent au détriment de leur vie privée ; ce sont souvent des êtres écorchés »

Marie-Claude

« Ragdoll » de Daniel COLE – Editions Robert Laffont ; 453 pages

Pas de commentaire

Jeumont : nos lecteurs ont aimé… (#10)

 

« La femme secrète »

d’Anna EKBERG

Thème : roman policier ; Danemark

Louise, la quarantaine, vit en couple avec Joachim, écrivain de son état. Ils mènent une vie sans histoire, jusqu’au jour où un homme, Edmund, reconnaît en elle sa femme Hélène, disparue trois ans auparavant, sans laisser de traces.

Intriguée, Louise va entreprendre des recherches, soutenue par son mari Joachim ;  une autre vie va se révéler à elle, totalement différente de la sienne.

Quelque chose cloche dans cette affaire. Pourquoi Hélène est-elle réapparue à Bornholm sous l’identité de Louise Andersen ? Qu’est devenue la véritable Louise ? Qu’est-ce que ces deux femmes avaient en commun ?

« Je vous conseille ce premier roman de Anna Ekberg, une totale réussite ! Un suspense à couper le souffle et un magnifique portrait de couple qui s’aime et qui le prouve. »

Marie-Claude

« La femme secrète » d’Anna EKBERG – Editions Le Cherche-Midi ; 478 pages

Pas de commentaire

Jeumont : nos lecteurs ont aimé… (#9)

 

« Bakhita »

de Véronique OLMI

Thème : Afrique, Soudan, esclavage

Au 19è siècle, règne l’esclavage au Soudan. C’est l’histoire vraie de Bakhita, petite fille de 7 ans enlevée dans son village et vendue comme esclave. Elle va connaître toutes les atrocités jusqu’à ses 13 ans.

Puis un consul Italien la rachète et l’emmène en Italie. Elle y sera éduquée et aimée par les gens qui l’entourent. Un jour, à la radio, elle entend Mussolini et Hitler évoquer les races supérieures et inférieures en parlant des Juifs et des Noirs.

Bakhita deviendra religieuse et sa gentillesse sera d’un grand réconfort pour son entourage, jusqu’à sa mort à 78 ans.

Bakhita est canonisée en 2000 par Jean-Paul II.

Francine

 

C’est l’histoire d’une petite Soudanaise enlevée dans son village, à l’âge de sept ans au Darfour, qui a connu l’esclavage au prix d’énormes souffrances, qui a été rachetée, puis affranchie à la suite d’un procès retentissant en Vénétie. Elle est devenue religieuse et a été béatifiée en 1991 par Jean-Paul II et déclarée sainte par l’Eglise en l’an 2000.

… l’envie d’avoir un autre corps, une autre peau, un autre destin et un peu d’espérance…

« Roman bouleversant sur cette femme exceptionnelle qui fut successivement esclave, domestique, religieuse et sainte. Son courage et sa ténacité forcent l’admiration.
On relativise nos petits malheurs… »

Marie-Claude

« Bakhita » – Véronique OLMI – Editions Albin Michel ; 455 pages

Pas de commentaire

Jeumont : nos lecteurs ont aimé… (#8)

« La beauté des jours »

de Claudie GALLAY

Thème : couple ; bonheur ; art extrême

Jeanne mène une vie calme entre son mari, leurs filles jumelles et son travail à la poste. Elle a ses petites manies qui l’aident à vivre et console son amie qui vient de se faire plaquer. Elle voue une admiration sans borne à une artiste serbe qui se sert de son corps pour mener des expériences artistiques.

Par hasard, Jeanne rencontre un ami d’enfance restaurateur d’oeuvres d’art qu’elle s’amuse à suivre. Ces retrouvailles inattendues la mèneront-elle plus loin ou gardera-t-elle ses distances ?

L’auteure évoque ici l’art comme accomplissement de l’existence, dans un roman doux amer au style chaleureux, avec de tendres personnages.

« J’ai toujours su que tu étais forte, ma petite fille », c’est ce que lui a dit la M’mé avant son départ.

Evelyne

« La beauté des jours » de Claudie GALLAY – Editions Actes Sud ; 403 pages

Pas de commentaire

Jeumont : nos lecteurs ont aimé… (#7)

« Zazous »

de Gérard DE CORTANZE

Thème : guerre mondiale 39-45 ; Occupation allemande ; Résistance

C’est l’histoire d’un groupes de jeunes de 18 à 20 ans, quatre filles et trois garçons, qui se réunissent au café « chez Jo » pendant ces temps de guerre, et découvrent les manifestations d’envergure, l’antisémitisme, la France collabo, les dénonciations, l’épuration, mais aussi Django Reinhardt, Jean Marais, Charles Trenet, le Swing. Ils aiment s’amuser, aller au théâtre et danser. On les appelle les Zazous et pour cela ils sont pris pour cible et résistent à leur façon.

Qui dénonce un zazou, fait œuvre de salut public

« J’ai beaucoup aimé ce livre qui m’a fait découvrir des faits ignorés du quotidien de Paris en guerre. La France haineuse, mais la France résistante qui continue à aimer la musique, la danse, le théâtre. J’ai trouvé beaucoup de similitude avec notre époque. »

Marie-Claude

« Zazous » de Gérard DE CORTANZE – Editions Albin MICHEL ; 531 pages

Pas de commentaire

Jeumont : nos lecteurs ont aimé… (#6)

« La vie secrète des arbres »

de Peter WOHLLEBEN

Thème : forêt ; nature ; biologie

Les arbres peuvent compter, garder dans leurs racines les souvenirs, faire des compagnonnages avec les fourmis et autres insectes ; les arbres souffrent et gèrent, en fonction ; ils servent d’habitat à nombre d’oiseaux, ils communiquent entre eux…
Bref, ils sont plus résistants et inventifs que nous les humains.

Vous êtes-vous déjà demandé si les arbres avaient besoin de dormir ? Que se passerait-il, si pensant les aider nous les éclairions la nuit pour qu’ils puissent synthétiser plus de sucre ? Nous savons qu’ils ont le même besoin physiologique que nous, de faire une pause et que la privation de sommeil aurait sur eux des effets dévastateurs…

« Ce philosophe scientifique et conteur, grâce à ses anecdotes me fait aimer encore plus les balades en forêts. Traduit en 32 langues, numéro un des ventes en Allemagne ; ce serait un cadeau de Noël très apprécié pour les amoureux de la nature »

Marie-Claude

« La vie secrète des arbres » de Peter WOHLLEBEN – Editions des Arènes ; 260 pages

Pas de commentaire

Jeumont : nos lecteurs ont aimé… (#5)

« Les amants du presbytère »

de Marie-Bernadette DUPUY

 

Thème : Charente ; 19ème siècle ; adultère ; prêtre

Après des études chez les Soeurs, Mathilde de Salignac épouse un honorable médecin de campagne. Les réceptions au sein de la société bourgeoise lui permettent de briller. Mais au fil du temps, l’ennui arrive, pesant, et l’impression de gâcher ses plus belles années. Un jour, elle fait la connaissance du nouveau prêtre de la paroisse. Ils vont tomber éperdument amoureux, et vivent un amour caché. La servante du prêtre les surprend, et les sermonnera à la manière d’une mère. Cependant, par crainte de commérages de sa part, ils prennent la terrible décision de l’empoisonner à l’arsenic.

S’ensuivront une enquête et le procès. Mathilde sera acquittée et le prêtre condamné aux travaux forcés.

« Tiré d’une authentique affaire criminelle, une intrigue haletante qui nous entraîne dans la spirale infernale de la passion amoureuse »

Francine

« Les amants du presbytère » de Marie-Bernadette DUPUY – Calmann-Lévy ; 520 pages

Pas de commentaire

Jeumont : nos lecteurs ont aimé… (#4)

« Désorientale »

de Négar DJAVADI

Thèmes : Iran, Shah d’Iran, exil, maternité

Un couple d’intellectuels engagés milite pour les droits de l’homme : ils dénoncent les incohérences du régime, la répression, le fossé économique entre l’élite et le peuple, les profits engendrés par l’argent du pétrole. Il s’exilent en France avec leurs enfants. C’est le drame de l’exil en même temps qu’un hymne à la liberté.

… Ils nous enlèveront jusqu’à notre nom et si nous voulons le conserver, nous devons trouver en nous la force nécessaire pour que derrière ce nom quelque chose de nous, de ce nom, subsiste…

« Se lit jusqu’au bout malgré la longueur du texte, grâce à une belle écriture et aux belles personnes de ce livre qui donnent leur vie pour leurs idées ; j’ai trouvé émouvant la quête d’une femme pour assurer une descendance à tout prix »

Marie-Claude

« Désorientale » de Négar DJAVADI – Editions Liana Lévy ; 349 pages

Pas de commentaire

Jeumont : nos lecteurs ont aimé… (#3)

« La tour sombre »
de Stephen KING

Un homme solitaire poursuit une quête, pour lui : LA QUETE. Sur son chemin, pour l’aider, ou pas, des êtres humains comme vous et moi, et d’autres êtres surgis de contes ou de légendes. On retrouve ici l’ironie de la vie, l’ironie du destin, de ce que l’auteur appelle le Ka et qui fait se rassembler ou se séparer les êtres. Plusieurs destins vont se télescoper pour faire une belle histoire, passionnante, qui donne envie d’en connaître le dénouement.

Le grand hall était baigné de la belle lumière de l’après-midi, que reflétaient les angles de verre vert. Jamais Suzannah n’avait vu de pièce aussi splendide. En dehors de St Patrick, bien sûr – mais elle avait aussi quelque chose d’étrange, de décalé. « c’est parce que c’est l’avenir » se dit-elle…

« J’ai eu la chance de pouvoir tout lire en une seule fois. J’ai pu rêver grâce aux personnages si proches et si lointains…l’humour est toujours présent, même s’il est parfois noir, et j’aime aussi les références aux autres romans qui émaillent toujours les récits de St. King, il s’est même mis en scène ; c’est un condensé de Stephen King ! »

Odile

« La tour sombre » – Stephen KING – éditions J’ai Lu ; 1000 pages et +Thèmes : fantastique ; XXème siècle ; époque du roi Arthur ; nature ; villes

Pas de commentaire

Jeumont : nos lecteurs ont aimé… (#2)

« Une femme blessée »
de Marina CARRERE D’ENCAUSSE

Elle s’appelle Fatima, elle est l’épouse d’un homme que ses parents ont choisi pour elle. Elle vit chez les parents de son époux, elle n’est pas aimée par sa belle-mère ni par ses belles-soeurs. Un jour, elle sera brûlée au visage et défigurée. Là commencera son calvaire et son silence, l’obligeant à cacher son visage derrière un tissu.

A l’hôpital elle fera connaissance avec une femme qui vient de perdre son enfant. Elles deviendront amies et petit à petit Fatima lui racontera son histoire.

« J’ai apprécié cette histoire où l’auteur nous montre la difficulté pour cette femme blessée de se faire entendre et de se reconstruire grâce à l’amour de son époux et des ses enfants »

Francine

«Une femme blessée»Marina CARRERE D’ENCAUSSE – Edition Anne Carrère   ;   317 pages

Thèmes : Kurdistan; femme; crime; injustice

http://www.mediatheque-jeumont.fr

Pas de commentaire