Archives de la catégorie coups de coeur et nouveautés

Jeumont : nos lecteurs ont aimé (38)

«L’été de nos vingt ans»

de Christian Signol

Thèmes : jeunesse ; amour ; liberté ; guerre

C’est avant tout l’histoire de Charles, d’Antoine et de Séverine. Ils sont jeunes, confiants et amoureux. Un lien très fort se crée entre eux, ils deviennent indissociables.

Mais en ce mois d’août 1939, les événements vont bouleverser le monde et plus rien ne sera pareil. Des sacrifices seront nécessaires. Ils incarneront la jeunesse qui se bat sur les barricades et dans le maquis…

Mon appréciation : Un roman tendre et poétique sur la résistance et sur l’amour. Rien de nouveau mais une histoire qui se lit très bien. On est immergé au plus profond de la Dordogne , c’est beau et intense.

Christian Signol signe un roman authentique ; les personnages savent que les démons reviendront et qu’il faudra reconstruire un monde brisé.

Annick

«L’été de nos vingt ans» de Christian Signol – Albin Michel – 224 pages

 

 

Pas de commentaire

Jeumont : nouvel arrivage de DVD

Pour bien commencer 2019, nous vous proposons notre dernière sélection de DVD. Toute l’équipe de la la médiathèque vous souhaite une excellente année !

« La route sauvage »

d’Andrew Haigh avec Charlie Plummer, Chloë Sevigny, Travis Fimmel et Steve Buscemi  (2018)

Charley Thompson a quinze ans et a appris à vivre seul avec un père inconstant. Tout juste arrivé dans l’Oregon, le garçon se trouve un petit boulot chez un entraineur de chevaux et se prend d’affection pour Lean on Pete, un pur-sang en fin de carrière. Le jour où Charley se retrouve totalement livré à lui-même, il décide de s’enfuir avec Lean on Pete, à la recherche de sa tante dont il n’a qu’un lointain souvenir. Dans l’espoir de trouver enfin un foyer, ils entament ensemble un long voyage…

Cliquez sur ce lien pour découvrir nos nouveau DVD via notre catalogue en ligne

Pas de commentaire

Jeumont : nos lecteurs ont aimé…(#37)

«Reviens»

de Samuel Benchetrit

Thèmes : déchéance ; renaissance ; satire du numérique ; Paris et sa région

Un écrivain en panne d’inspiration est au fond du trou : divorcé, alcoolique, endetté, il végète dans son appartement , scotché devant l’émission « quatre mariages pour une lune de miel ». Sa recherche, pour un producteur envisageant une adaptation, d’un exemplaire de son roman, va l’arracher à ce marasme ; diverses péripéties (lecture dans un EHPAD du livre d’un confrère célèbre mais détesté pour plaire à une infirmière bègue, problème avec Amazon, interrogation sur un courriel reçu, achat épique d’un canard vivant) vont lui permettre de renouer les liens avec son fils et d’entrevoir un avenir sentimental.

j’ai apporté un très beau livre…non, j’aime pas ça… je préférerais un livre de Pierre Lamberti. Ce nom serra ma poitrine d’un coup, mes mâchoires se contractèrent et mes bras furent envahis d’une douleur soudaine. Lamberti était un infarctus.

Mon appréciation : Ce roman se lit très facilement et on passe un bon moment à apprécier l’humour de l’auteur. Cependant, l’accumulation de situations très exagérées et la légèreté du ton enlèvent toute authenticité à l’histoire et empêchent de ressentir un véritable malaise existentiel. A l’instar des films comiques actuels, si on est bon public cela amuse, mais c’est vite oublié. Il y a bien plus de profondeur dans la magnifique fresque sociale du dernier Goncourt « Leurs enfants après eux » de Nicolas Mathieu.

Paul

«Reviens» de Samuel Benchetrit – Grasset ; 252 pages

Pas de commentaire

Jeumont : nos lecteurs ont aimé…(#36)

 

«La quiche fatale» (Agatha Raison enquête, tome 1)

de M. C. Beaton

Thèmes : enquête ; campagne ; Angleterre

Agatha Raisin prend une retraite anticipée à 53 ans ; cette créatrice d’une agence de relations publiques quitte Londres pour se retirer dans les Midlands. Pour s’intégrer à la population, elle participe à un concours de quiche (elle achète la sienne chez un traiteur) laquelle va empoisonner l’arbitre de la compétition. Accident ou meurtre ? Agatha Raisin saura bien sûr trouver le fin mot de l’histoire…

pourquoi, pourquoi, pourquoi avait-elle abandonné son travail ? Mais un foyer l’attendait à Carsely, ce village perdu dans un repli des collines des Cotswolds, ce village où elle s’était couverte de honte, où elle n’était pas à sa place et ne le serait jamais

Mon appréciation : c’est le premier d’une série de vingt-sept romans avec pour héroïne une sorte de Miss Marple ; on retrouve la campagne anglaise et un humour gentillet. Cela se lit sans déplaisir mais sans qu’on accroche vraiment. On est loin de l’atmosphère qu’a su créer un autre auteur écossais, Ian Rankin, avec son personnage de l’inspecteur Rebus.

Paul

«Agathe Raisin enquête, 01. La quiche fatale» de M. C. Beaton – Albin Michel ; 319 pages

Pas de commentaire

Jeumont : nos lecteurs ont aimé…(#35)

«Dans le murmure des feuilles qui dansent»

de Agnès Ledig

Thèmes : vie ; maladie ; mort ; espoir

C’est l’histoire d’Annaëlle, de Simon, de Thomas.  L’un handicapé à la suite d’un accident de la route, l’autre atteint d’une leucémie. Tous se battent chacun à sa façon pour survivre, telle la plante qui ne se laisse jamais mourir…

la tempête nous bouscule avec la maladie, mais on a une branche solide qui nous relie tous les deux…on dessine un A comme Amour. Je serai toujours ton ombre d’à côté et je te tiendrai toujours par la branche…

Mon appréciation : tous ces personnages sont attachants, pleins d’humanité, d’espoir, de fragilité, de force et d’amour, avec, en toile de fond, les arbres de la forêt… c’est très beau… un autre de mes coups de coeur.

Marie-Claude

«Dans le murmure des feuilles qui dansent» de Agnès Ledig – Albin Michel ; 389 pages

Pas de commentaire

Jeumont : nos lecteurs ont aimé…(#34)

«Enclaves»

de Anne-Marie Langlois

Thèmes : deuil ; guerre ; Sarajevo ; Yougoslavie, 1993-1995

Après la mort de son fils Noé, Clara s’engage dans l’humanitaire à Sarajevo. Durant ces deux ans, elle affrontera les bombes, le froid… avec tous, elle connaîtra la faim, l’angoisse, mais aussi l’amitié et l’amour qui l’aideront à se reconstruire.

J’étais en train de renaître sans savoir pourquoi, je me suis mise à courir, je courais sur les herbes tièdes, j’étais pressée de vivre

Mon appréciation : beau portrait de femme, très belle écriture… absurdité de la guerre qui prends des vies, fait des milliers de veuves…très émouvant, c’est un de mes coups de coeur.

Marie-Claude

«Enclaves» de Anne-Marie Langlois – Editions Robert Laffont; 249 pages

Pas de commentaire

Jeumont : nos lecteurs ont aimé…(#33)

«Ce que le mirage doit à l’oasis»

de Yasmina Khadra

Thèmes : le désert ; les hommes ; notre époque

Yasmina Khadra, écrivain encensé puis devenu un paria durant la guerre d’Algérie, nous raconte son amour pour le désert. Inspiré par son grand-père, poète reconnu, il nous emmène dans son rêve ; c’est magnifique

Désert, je te dois la force tranquille de mes nuits, je te dois chaque mot qui me traverse l’esprit

Mon appréciation : c’est beau, magique… j’ai beaucoup aimé

Marie-Claude

«Ce que le mirage doit à l’oasis» Yasmina Khadra – Editions Flammarion ; 186 pages

Pas de commentaire

Jeumont : prix littéraires et nouveautés de fin d’année

La fin de l’année approche, les prix littéraires ont été décernés. Le prix Goncourt («Leurs enfants après eux» de Nicolas Mathieu), le Femina («Le lambeau» de Philippe Lançon), le prix Renaudot («Le sillon» de Valérie Manteau), le prix de l’Académie Française («L’été des quatre rois» de Camille Pascal), le prix Médicis («Idiotie» de Pierre Guyotat) et le prix Goncourt des lycéens («Frère d’âme») vous attendent à la médiathèque.

Romans

 

L’été des quatre rois
de Camille PASCAL

 

Camille Pascal nous plonge au cœur d’un été inédit dans l’histoire de France : celui où quatre rois se sont succédé sur le trône.

 » Il y avait ce matin-là beaucoup de monde à Saint-Cloud, la Cour bien sûr, mais aussi les ministres, il jurait même que monsieur de Talleyrand avait fait sonner dès la première heure son pied bot cerclé de fer sur les marbres de l’escalier d’honneur. La galerie d’Apollon n’avait jamais été aussi peuplée, et les jardins s’animaient de femmes heureuses d’y promener leurs traînes. Le grand lever serait long, et l’on entreprenait déjà le premier gentilhomme de la chambre pour obtenir les entrées. À l’évocation de son grand chambellan, le roi sourit : si même le diable boiteux courait à Saint-Cloud lui présenter ses hommages de gentilhomme et prendre sa place de courtisan, alors la France était prête.« 

Ainsi commence L’Été des quatre rois. Juillet-août 1830, la France a connu deux mois uniques dans son histoire avec la succession sur le trône de Charles X, Louis XIX, Henri V et Louis-Philippe.
Dans cette fresque foisonnante, à l’écriture ciselée, tandis que le peuple de Paris s’enflamme, Hugo, Stendhal, Dumas, Lafayette, Thiers, Chateaubriand, la duchesse de Berry, Madame Royale assistent à l’effondrement d’un monde.

Des « Trois Glorieuses » à l’avènement de la monarchie de Juillet, Camille Pascal nous plonge dans le roman vrai de la révolution de 1830.

«L’Été des quatre rois» a reçu le grand prix du roman de l’Académie française en octobre 2018.

 
  Cliquez sur ce lien pour découvrir
les nouveaux titres dans la catégorie «Romans»
 

Romans policiers

 

Reporter Criminel
de James ELLROY

Le 28 août 1963. le jour où Martin Luther King prononce son célèbre discours « I have a dream », deux jeunes filles sont sauvagement poignardées dans leur appartement de Manhattan. A l’issue d’une enquête bâclée et orientée, George Whitmore, un jeune Noir, est accusé du crime. Le 12 février 1976, l’acteur Sal Mineo est assassiné devant chez lui à Los Angeles. Le LAPD mène l’enquête. Toutes les théories sont avancées autour de ce meurtre. mais la vérité est ailleurs. James Ellroy revient sur ces affaires dans deux reportages que lui avait commandés le Vanity Fair américain. Dans la grande tradition des écrivains journalistes, de Truman Capote à Nick Tosches, il réinvente le déroulement des enquêtes, en empruntant la voix des flics et en faisant résonner la sienne, inimitable.

 
  Cliquez sur ce lien pour découvrir
les nouveaux titres dans la catégorie «Romans policiers»
 
 
 

Science-fiction

 

Les hommes dénaturés
de Nancy KRESS

 

2030. La fertilité a chuté dangereusement. La vieillesse est devenue la norme, et les jeunes de précieuses ressources nationales.
Dans ce nouveau contexte mondial, la descendance devient une obsession.
Shana, orpheline, voit ses rêves d’intégrer l’armée voler en éclats lorsqu’elle entrevoit ce qu’elle n’aurait pas dû. Lancée dans une quête acharnée pour retrouver sa place, elle croise la route de Cameron, danseur de ballet qui n’a eu d’autre alternative que d’effacer délibérément sa mémoire. Ils trouveront secours auprès du scientifique Nick Clementi, qui craint d’avoir mis le doigt sur une grande conspiration. Commence alors pour chacun d’entre eux un combat pour rétablir la vérité.
Jusqu’où est-on prêt à aller lorsque les enfants manquent à l’humanité ?

Nancy Kress est une autrice de science-fiction américaine. Sa novella la plus célèbre, L’une rêve, l’autre pas, a été récompensée de nombreux prix dont le Hugo et le Nebula. Avec «Les Hommes dénaturés», elle affirme sa position de lanceuse d’alerte et nous invite à questionner notre réalité.

 
  Cliquez sur ce lien pour découvrir
les nouveaux titres dans la catégorie «Science-fiction»
 

Documentaires

 

Romanesque
de Lorant DEUTSCH

Après Paris et les routes de France, Lorànt Deutsch aborde un sujet passionnant où son talent de conteur fait merveille !

Première surprise : l’ancêtre du français, ce n’est pas le gaulois mais le  » roman « , la langue romaine issue du latin de Jules César, le vainqueur de la Gaule !
En effet, au fil des invasions et de nos propres conquêtes, ce latin s’est transformé et enrichi de multiples apports : germaniques avec les Francs, nordiques avec les Vikings, arabes au moment des croisades, italiens à la Renaissance… avant de devenir un français triomphant dans toutes les cours d’Europe au xviiie siècle, grâce à nos philosophes.
Entre-temps les troubadours ont inventé l’amour et les femmes écrivains réclamé leur émancipation, les grammairiens se sont occupés de la syntaxe et la réforme de l’orthographe a déjà rendu quelques linguistes fous ! Enfin, l’école obligatoire acheva de permettre à tous les citoyens français de communiquer. Aujourd’hui, l’abus des termes anglais, les mots issus de la culture urbaine et les raccourcis de nos Smartphones inquiètent les puristes… Ils ont tort : le temps fera le tri. Et de ce bouillonnement créatif continuera d’émerger une langue vivante, ouverte à tous : la langue française est une langue d’accueil.

 
  Cliquez sur ce lien pour découvrir
les nouveaux titres dans la catégorie «Documentaires»
 

Bandes dessinées

 

Blake & Mortimer – « La vallée des immortels » (Tome 1)
de Yves SENTES, Teun BERSERIK et Peter VAN DONGEN

 

À Lhassa, le palais impérial du dictateur Basam-Damdu est anéanti par une escadrille d’Espadons, et le monde, soulagé, fête la fin de la troisième guerre mondiale. Pendant que, dans la Chine voisine, les communistes de Mao affrontent les nationalistes de Chiang Kai-shek, le Seigneur de la guerre Xi-Li cherche à mettre la main sur un manuscrit qui lui permettra d’asseoir son pouvoir sur l’Empire du Milieu. Face aux menaces qui planent sur la région, le capitaine Francis Blake est chargé d’organiser la défense de la colonie britannique de Hong Kong. De son côté, à Londres, le professeur Philip Mortimer est amené à s’intéresser de près à une curiosité archéologique chinoise suscitant appétits et convoitises. Au même moment, le fameux colonel Olrik, ancien conseiller militaire déchu de Basam-Damdu, profite du chaos ambiant pour monnayer ses services auprès du général Xi-Li afin d’assouvir sa soif de vengeance… Premier volet d’un diptyque, «La Vallée des Immortels» commence exactement là où «Le Secret de l’Espadon» s’achève. Les amateurs de Blake et Mortimer retrouveront quelques-uns des ingrédients qui ont assuré la renommée de la saga d Edgar P. Jacobs : la grande aventure, l’exotisme, qui s’exprime ici dans les ruelles dangereuses de Hong Kong, l’atmosphère londonienne digne des plus belles pages de La Marque Jaune et la science-fiction, incarnée par le nouvel engin imaginé par le professeur Mortimer, le Skylantern, le tout relevé par quelques figures de traîtres et par un Olrik plus machiavélique que jamais. Écrit par Yves Sente, l’album est dessiné à quatre mains par Teun Berserik et Peter van Dongen. Inspirés par la «ligne claire» du «Mystère de la Grande Pyramide», ils ont su relever ce défi graphique avec maestria et fidélité à l’esprit Jacobsien. Cet album devrait ravir les amateurs les plus pointus de la série.

 
  Cliquez sur ce lien pour découvrir
les nouveaux titres dans la catégorie «Bandes dessinées»

Pas de commentaire

Jeumont : le club des lecteurs

La prochaine réunion du

club des lecteurs

aura lieu

Mardi 27 novembre
à 15h00

 
Vous aimez échanger et faire partager vos lectures ? Rejoignez-nous ! une ambiance sympathique et décontractée vous attend autour d’un café.
 
A partir de 16 ans. Entrée gratuite
Inscriptions à la banque d’accueil de la médiathèque ou au 03 27 58 13 54

Pas de commentaire

Recquignies : découvrez nos nouveaux CD

La Médiathèque de Recquignies vous propose ses nouveaux CD ; cliquez sur l’image ci-dessus pour les découvrir via notre catalogue en ligne !…

Pas de commentaire