Archives de la catégorie coups de coeur et nouveautés

Jeumont : nos lecteurs ont aimé (#41)

«Histoire des crétins des Alpes»

de Antoine DE BAECQUE

Pendant des années des médecins essaieront de comprendre pourquoi dans des villages entiers des gens naissaient crétins ou « gloitreux ». Les gens vivaient reclus dans les montagnes. Pendant des générations entières des familles se mariaient entre elles et les malades restaient sans soin. Le manque d’hygiène a contribué à cette misère. Pourtant dans toute l’Europe et ailleurs, dans chaque ville et chaque campagne existaient des crétins.
Puis les médecins ont soigné et sauvé ceux qui pouvaient l’être, en prouvant que le manque de sel iodé pouvait contribuer à un mauvais fonctionnement de la glande thyroïde et à un dérèglement manifeste du comportement de l’individu.

Francine

«Histoire des crétins des Alpes» d’Antoine DE BAECQUE – Librairie VUIBERT – 283 pages

Pas de commentaire

Jeumont : nos lecteurs ont aimé (#40)

«Les murmures de l’olivier»

de Frédéric D’ONAGLIA

Après plusieurs années de mauvaises récoltes d’oliviers, Marie se bat pour sauver son exploitation. Ses amis vont l’aider à reconstruire des bâtiments qu’elle projette d’aménager pour y accueillir des chevaux. Son vieux voisin ne cesse de la harceler, protestant que la propriété appartient à sa famille depuis bien avant la dernière guerre. Serge, le fils de ce dernier, travaillait auparavant chez Marie, qui a dû s’en séparer car il devenait alcoolique depuis la disparition de sa femme dix ans plutôt.
En déblayant les planches dans la grange pour les futurs box des chevaux, un corps est découvert. Les travaux sont suspendus, le temps que la police enquête…

Mon appréciation : c’est l’histoire d’une paysanne qui reprend l’exploitation familiale des oliviers après le décès de son père, et subit les aléas de la vie.

Francine

«Les murmures de l’olivier» de Frédéric D’ONAGLIA – Editions De Borée – 304 pages

Pas de commentaire

Jeumont : nos lecteurs ont aimé (#39)

«J’ai dix ans, mais…»

de Pierre ZYLAWSKI

Thèmes : enfance, roman régional, Nord de la France

Gabin est en petit garçon qui fête ses 10 ans. Seul Gino, son ami depuis toujours le lui souhaite en lui offrant un livre. Gabin vit dans des conditions précaires avec ses parents alcooliques et désintéressés. Doué d’une forte intelligence et aidé par son vieil ami Alban, bibliothécaire qui l’encourage à lire, il se destine à faire des études supérieures.

Mon appréciation : une histoire très touchante d’un petit garçon qui, par sa ténacité et sa volonté de réussir dans la vie, sortira de sa condition de pauvreté et de précarité sociale.

Francine

«J’ai dix ans, mais…» de Pierre ZYLAWSKI – Editions Le Riffle – 331 pages

Pas de commentaire

Jeumont : les nouveautés de février

Les nouveautés du début de l’année 2019 sont arrivées, venez les découvrir en médiathèque !

Romans

 

Une femme que j’aimais
d’Armel JOB

Un secret qui ne passe pas… Chaque week-end, Claude, jeune homme au tempérament solitaire et à la vie un peu terne, rend visite à la seule personne qu’il aime rencontrer, sa tante Adrienne, qui habite une belle villa à la campagne. Adrienne a cinquante-cinq ans, elle est veuve, elle ne sort pratiquement jamais de chez elle. Mais sa douceur, sa beauté fascinent Claude, comme tous les hommes qui ont un jour croisé son regard. Un samedi, Adrienne évoque un secret qui depuis toujours pèse sur son coeur. Elle voudrait le confier à Claude, qui refuse de l’entendre. Quelques semaines plus tard, il la trouve gisant sur le carrelage de la villa, morte. Accident ? Meurtre ?… Alors, seulement, Claude se met en quête de la confidence qu’il n’avait pas voulu recevoir. Cette quête va le mener sur les traces du passé d’Adrienne, chaque rencontre lui suggérant une réponse que remet en question la suivante… Sur un rythme de thriller psychologique qui entraîne le lecteur de fausse piste en fausse piste jusqu’à la révélation finale, un magnifique portrait de femme où Armel Job explore avec le talent qu’on lui connaît les paradoxes de l’âme humaine, de la dévotion à la haine.

 
  Cliquez sur ce lien pour découvrir
les nouveaux titres dans la catégorie «Romans»
 

Romans policiers

 

Prends ma main
de Megan ABBOTT

« J’ai toujours su, je crois, confusément, que nous nous retrouverions, Diane et moi. Nous sommes attachées tune à l’autre, par Les chevilles, pour une monstrueuse course à trois pattes. Complices accidentelles. Conspiratrices méfiantes. Ou jumelles siamoises, secrètement amalgamées. Parfois, j’ai l’impression que Diane est un morceau de moi-même qui s’est brisé et qui erre à travers mon corps, en flottant dans mon sang.
Par conséquent, bien que je ne L’aie pas vue depuis des années, je ne suis pas vraiment surprise quand Diane apparaît au Labo Severin, sur mon lieu de travail, dans ce bâtiment où je passe la majeure partie de mon existence. Parmi tous les laboratoires du monde, il a fallu qu’elle choisisse le mien. Et tout recommence. Le plus étrange, c’est que nous savons très peu de choses l’une de l’autre. Mais nous savons La seule chose que personne d’autre au monde ne sait.
La seule chose importante… « 

 
  Cliquez sur ce lien pour découvrir
les nouveaux titres dans la catégorie «Romans policiers»
 

Science-fiction

 

Les chroniques de Nicci – La maîtresse de la mort – Tome 1
de Terry GOODKIND

Le retour du best-seller de la Fantasy : plus de 20 millions d’exemplaires vendus dans le monde ! Nommé ambassadeur itinérant par Richard, Nathan Rahl, son lointain ancêtre, entend porter haut les couleurs de D’Hara. Le connaissant bien – et depuis près de deux siècles –, Nicci craint surtout que le flamboyant sorcier n’aille à la rencontre de bien des ennuis. Consciente de ne plus avoir vraiment sa place auprès du Sourcier, elle décide d’accompagner le vieil homme.
Nathan commence fort : une visite à Rouge, la voyante, qui s’empresse de le charger d’une mystérieuse mission aux confins de l’Ancien Monde. L’aventure recommence, mélange d’exaltation héroïque et de griserie du danger. Face à l’ampleur du défi à relever, fallait-il s’étonner que la Maîtresse de la Mort décide de reprendre du service ?

 
  Cliquez sur ce lien pour découvrir
les nouveaux titres dans la catégorie «Science-fiction»
 

Documentaires

 

Qu’est-ce qu’un chef ?
de Pierre DE VILLIERS

« Je ne suis ni philosophe, ni sociologue, ni capitaine d’industrie. Je suis un praticien de l’autorité qui s’est toujours efforcé de placer les relations humaines au coeur de son engagement au service de la France et de ses armées. Car l’autorité n’est pas spécifiquement militaire, c’est le lien fondamental de toute société humaine. Fort de ces convictions, je propose dans ce livre quelques jalons pragmatiques, simples et avérés pour sortir d’un mal-être sociétal croissant, diriger avec justesse et discernement ».
Le général Pierre de Villiers signe un essai ambitieux sur l’ordre, remettant l’Homme au centre du système. Comme le ferait un officier, il indique au lecteur le cap qu’il faut tenir dans un monde complexe et sa méthode pour y agir utilement. Mêlant une réflexion puissante sur les problèmes profonds que traverse notre époque et des solutions efficaces, le général de Villiers met ici son expérience unique au service de tous.

 
  Cliquez sur ce lien pour découvrir
les nouveaux titres dans la catégorie «Documentaires»
 

Bandes dessinées

 

Bérézina – Tome 3
de Frédéric RICHAUD

Novembre 1812. Il neigeait… L’hiver polaire s’est abattu sur les plaines russes. Contrainte de se retirer toujours plus loin afin d’échapper aux cosaques lancés à ses trousses, la glorieuse armée française n’est plus que l’ombre d’elle-même. Et voici que devant cette immense file de morts en sursis se dresse un terrible et ultime obstacle : la Bérézina. « Et chacun se sentant mourir, on était seul. Sortira-t-on jamais de ce funeste empire ? »
Après « La Bataille » (Prix Historia de la meilleure bande dessinée historique en 2014), Richaud et Ivan Gil poursuivent leur adaptation spectaculaire d’un roman de Patrick Rambaud, « Il Neigeait », qui, à sa parution en 2000, glaça d’effroi plusieurs centaines de milliers de lecteurs. « Bérézina » raconte sans fard l’épouvantable campagne de Russie qui, au terme des six mois qu’elle dura, vit périr plus de trois cent cinquante mille personnes et prouva à la face du monde que Napoléon n’était pas invincible.

 
  Cliquez sur ce lien pour découvrir
les nouveaux titres dans la catégorie «Bandes dessinées»
 

Fictions ados

 

La Belle sauvage
de Philip PULLMAN

A l’auberge de la Truite, tenue par ses parents, Malcolm, onze ans, voit passer de nombreux visiteurs. Tous apportent leurs aventures et leur mystère dans ce lieu chaleureux. Certains sont étrangement intéressés par le bébé nommé Lyra et son daemon Pantalaimon, gardés par les nonnes du prieuré tout proche. Qui est cette enfant ? Pourquoi est-elle ici ? Quels secrets, quelles menaces entourent son existence ? Pour la sauver, Malcolm et Alice, sa compagne d’équipée, doivent s’enfuir avec elle.
Dans une nature déchaînée, le fragile trio embarque à bord de La Belle Sauvage, le bien le plus précieux de Malcolm. Tandis que despotisme totalitaire et liberté de penser s’affrontent autour de la Poussière, une particule mystérieuse, deux jeunes héros malgré eux, liés par leur amour indéfectible pour la petite Lyra, vivent une aventure qui les changera pour toujours.

 
  Cliquez sur ce lien pour découvrir
les nouveaux titres dans la catégorie «Fictions Ados»

Pas de commentaire

Jeumont : nos lecteurs ont aimé (#38)

«L’été de nos vingt ans»

de Christian Signol

Thèmes : jeunesse ; amour ; liberté ; guerre

C’est avant tout l’histoire de Charles, d’Antoine et de Séverine. Ils sont jeunes, confiants et amoureux. Un lien très fort se crée entre eux, ils deviennent indissociables.

Mais en ce mois d’août 1939, les événements vont bouleverser le monde et plus rien ne sera pareil. Des sacrifices seront nécessaires. Ils incarneront la jeunesse qui se bat sur les barricades et dans le maquis…

Mon appréciation : Un roman tendre et poétique sur la résistance et sur l’amour. Rien de nouveau mais une histoire qui se lit très bien. On est immergé au plus profond de la Dordogne , c’est beau et intense.

Christian Signol signe un roman authentique ; les personnages savent que les démons reviendront et qu’il faudra reconstruire un monde brisé.

Annick

«L’été de nos vingt ans» de Christian Signol – Albin Michel – 224 pages

 

 

Pas de commentaire

Jeumont : nos lecteurs ont aimé…(#37)

«Reviens»

de Samuel Benchetrit

Thèmes : déchéance ; renaissance ; satire du numérique ; Paris et sa région

Un écrivain en panne d’inspiration est au fond du trou : divorcé, alcoolique, endetté, il végète dans son appartement , scotché devant l’émission « quatre mariages pour une lune de miel ». Sa recherche, pour un producteur envisageant une adaptation, d’un exemplaire de son roman, va l’arracher à ce marasme ; diverses péripéties (lecture dans un EHPAD du livre d’un confrère célèbre mais détesté pour plaire à une infirmière bègue, problème avec Amazon, interrogation sur un courriel reçu, achat épique d’un canard vivant) vont lui permettre de renouer les liens avec son fils et d’entrevoir un avenir sentimental.

j’ai apporté un très beau livre…non, j’aime pas ça… je préférerais un livre de Pierre Lamberti. Ce nom serra ma poitrine d’un coup, mes mâchoires se contractèrent et mes bras furent envahis d’une douleur soudaine. Lamberti était un infarctus.

Mon appréciation : Ce roman se lit très facilement et on passe un bon moment à apprécier l’humour de l’auteur. Cependant, l’accumulation de situations très exagérées et la légèreté du ton enlèvent toute authenticité à l’histoire et empêchent de ressentir un véritable malaise existentiel. A l’instar des films comiques actuels, si on est bon public cela amuse, mais c’est vite oublié. Il y a bien plus de profondeur dans la magnifique fresque sociale du dernier Goncourt « Leurs enfants après eux » de Nicolas Mathieu.

Paul

«Reviens» de Samuel Benchetrit – Grasset ; 252 pages

Pas de commentaire

Jeumont : nos lecteurs ont aimé…(#36)

 

«La quiche fatale» (Agatha Raison enquête, tome 1)

de M. C. Beaton

Thèmes : enquête ; campagne ; Angleterre

Agatha Raisin prend une retraite anticipée à 53 ans ; cette créatrice d’une agence de relations publiques quitte Londres pour se retirer dans les Midlands. Pour s’intégrer à la population, elle participe à un concours de quiche (elle achète la sienne chez un traiteur) laquelle va empoisonner l’arbitre de la compétition. Accident ou meurtre ? Agatha Raisin saura bien sûr trouver le fin mot de l’histoire…

pourquoi, pourquoi, pourquoi avait-elle abandonné son travail ? Mais un foyer l’attendait à Carsely, ce village perdu dans un repli des collines des Cotswolds, ce village où elle s’était couverte de honte, où elle n’était pas à sa place et ne le serait jamais

Mon appréciation : c’est le premier d’une série de vingt-sept romans avec pour héroïne une sorte de Miss Marple ; on retrouve la campagne anglaise et un humour gentillet. Cela se lit sans déplaisir mais sans qu’on accroche vraiment. On est loin de l’atmosphère qu’a su créer un autre auteur écossais, Ian Rankin, avec son personnage de l’inspecteur Rebus.

Paul

«Agathe Raisin enquête, 01. La quiche fatale» de M. C. Beaton – Albin Michel ; 319 pages

Pas de commentaire

Jeumont : nos lecteurs ont aimé…(#35)

«Dans le murmure des feuilles qui dansent»

de Agnès Ledig

Thèmes : vie ; maladie ; mort ; espoir

C’est l’histoire d’Annaëlle, de Simon, de Thomas.  L’un handicapé à la suite d’un accident de la route, l’autre atteint d’une leucémie. Tous se battent chacun à sa façon pour survivre, telle la plante qui ne se laisse jamais mourir…

la tempête nous bouscule avec la maladie, mais on a une branche solide qui nous relie tous les deux…on dessine un A comme Amour. Je serai toujours ton ombre d’à côté et je te tiendrai toujours par la branche…

Mon appréciation : tous ces personnages sont attachants, pleins d’humanité, d’espoir, de fragilité, de force et d’amour, avec, en toile de fond, les arbres de la forêt… c’est très beau… un autre de mes coups de coeur.

Marie-Claude

«Dans le murmure des feuilles qui dansent» de Agnès Ledig – Albin Michel ; 389 pages

Pas de commentaire

Jeumont : nos lecteurs ont aimé…(#34)

«Enclaves»

de Anne-Marie Langlois

Thèmes : deuil ; guerre ; Sarajevo ; Yougoslavie, 1993-1995

Après la mort de son fils Noé, Clara s’engage dans l’humanitaire à Sarajevo. Durant ces deux ans, elle affrontera les bombes, le froid… avec tous, elle connaîtra la faim, l’angoisse, mais aussi l’amitié et l’amour qui l’aideront à se reconstruire.

J’étais en train de renaître sans savoir pourquoi, je me suis mise à courir, je courais sur les herbes tièdes, j’étais pressée de vivre

Mon appréciation : beau portrait de femme, très belle écriture… absurdité de la guerre qui prends des vies, fait des milliers de veuves…très émouvant, c’est un de mes coups de coeur.

Marie-Claude

«Enclaves» de Anne-Marie Langlois – Editions Robert Laffont; 249 pages

Pas de commentaire

Jeumont : nos lecteurs ont aimé…(#33)

«Ce que le mirage doit à l’oasis»

de Yasmina Khadra

Thèmes : le désert ; les hommes ; notre époque

Yasmina Khadra, écrivain encensé puis devenu un paria durant la guerre d’Algérie, nous raconte son amour pour le désert. Inspiré par son grand-père, poète reconnu, il nous emmène dans son rêve ; c’est magnifique

Désert, je te dois la force tranquille de mes nuits, je te dois chaque mot qui me traverse l’esprit

Mon appréciation : c’est beau, magique… j’ai beaucoup aimé

Marie-Claude

«Ce que le mirage doit à l’oasis» Yasmina Khadra – Editions Flammarion ; 186 pages

Pas de commentaire